retour
guides
aide newsletters chèques cadeaux Faites-vous connaître Réservation: 0892 56 56 28
Château de Valençay

Visites culturelles

Tarifs et jours de visites :

le château ouvrira le 16 mars 2013 et fermera le 11 novembre 2013.
Ouvert tous les jours :
Du 17 mars à fin avril : de 10h30 à 18h;
du 1er mai au 31 mai : de 10h à 18h;
du 1er juin au 30 juin : de 9h30 à 18h30;
du 1er juillet au 31 août : de 9h30 à 19h;
du 1er septembre au 30 septembre : de 10h à 18h;
du 1er octobre au 11 novembre : de 10h30 à 17h30.
Fermeture de la billetterie 45 minutes avant la fermeture du site.
Durée des visites : environ 2h30. Prévoir 3 à 4 heures avec les spectacles.
Sur place: Restaurant, espace de restauration intérieur pour les groupes, parking autocars.

Tarifs :

Plein tarif : 12 Euros.
Tarif réduit (enfants de 7 à 17 ans, étudiants, enseignants, handicapés, demandeurs d'emploi) : 8,50 Euros.
Offre familles : un enfant gratuit pour 3 enfants payants.
Bout'Chou (de 4 à 6 ans) : 3 euros.
Groupes (à partir de 20 personnes) : 9,50 Euros/personne. Chauffeur gratuit.
Location Golfette (30 minutes) : 12 euros.

Description :

Le Grand Salon :
Avec la salle à manger, il constitue la plus grande pièce du château. vous pourrez y admirer un remarquable ensemble de sièges Empire recouverts de tapisserie brodée par les dames de la Cour d'Espagne en exil à Valençay. En point de St Cyr, les vingt-six sièges sont tous différents et décorés de feuillages ramassés dans le parc. Au centre, on peut y voir la table Empire qui proviendrait du palais Kaunitz qu'occupa Talleyrand pendant le congrès de Vienne de 1815.

Le salon bleu :
Ce salon a été le cadre de la signature du Traité de Valençay en 1813. Il présente un grand nombre de portraits et d'objets décoratifs, ainsi que des médaillons en trompe-l’œil de style Louis XVI. On peut remarquer notamment ce beau bureau à gradin en bois laqué noir avec ses tiroirs décorés de motifs en laque dorée. Sous la Restauration, ce salon fut, avec sa chambre, la pièce de travail de prédilection du Prince de Talleyrand.

Salon de musique :
Dans la tour sud, le salon de musique plonge le visiteur dans le pur style Louis XVI. Le parquet à la Versailles et la peinture, tout deux d'origine, témoignent de ce style. Le visiteur pourra admirer les boiseries sculptées ainsi que ses instruments de musique : un piano-forte de 1808 portant la signature de Dussek ainsi qu'une harpe en bois doré et vert datant de la restauration.

La chambre de Madame de Staël :
Elle doit son nom au lit Empire qui lui a appartenu. Mais le meuble le plus intéressant et le plus curieux est sans doute ce petit guéridon à trois pieds, surmontés de têtes de lions et chaussés de sabots. Il porte des hiéroglyphes gravés et dorés. Il avait été conçu pour un temple égyptien prévu dans le parc, une fabrique, comme on appelait alors ces édifices de fantaisie des parcs et jardins.

La chambre du Prince :
Récemment restaurée, elle présente un beau mobilier Empire provenant en partie de l'hôtel Saint-Florentin à Paris, où le Prince de Talleyrand mourut en 1838 : lit en acajou avec montant en gaine surmontée d'une tête égyptienne, commode retour d’Égypte dessus marbre et pieds griffe ou encore guéridon à deux plateaux marbre avec trois pieds arrondis à griffes et tête d'épervier, motifs bronze doré.

La chambre du roi d'Espagne :
C'est la plus vaste du château. La pièce n'a subit aucune transformation : ensemble Empire de grande qualité, rares petits meubles à gants, bas et mouchoirs rendent compte du raffinement de cette prison dorée. Seul le lit est de style Louis XVI. A noter la belle collection de papiers peints en grisailles, imprimés à la planche, représentant des épisodes de la vie de Psyché et de Cupidon.

La chambre de la duchesse de Dino :
La chambre contient un très beau mobilier en acajou dont un lit Restauration en acajou de Cuba à quatre colonnes avec ornement en bronze. Attenant à la chambre, le visiteur peut découvrir le cabinet de toilette présentant une baignoire en cuivre du XIXe siècle et une rare chaise-bidet d'époque Louis XV ayant conservé sa cuvette en cuivre étamé.

La chambre de la Princesse de Bénévent :
L'ensemble du mobilier date du XVIIIe siècle : paravent papier laqué 3 pans style Louis XV, tapis de Smyrne, groupe en biscuit de Sèvres "Les Trois Grâces" ou encore portrait de Madame de la Sablière en Diane chasseresse, attribué à Mignard (1612-1695).

Le cabinet Périgord :
Il réunit les meubles de travail ayant appartenu à Talleyrand. Là encore, le prestige côtoie l'élégance. On peut y admirer le grand secrétaire du début du XIXe siècle, la table de travail plaquée en acajou, le fauteuil à soufflets en cuir ou encore ces deux bustes de marbre blanc, l'un de Voltaire et l'autre de Jean-Jacques Rousseau, tous les deux réalisés par Houdon.

La grande galerie :
Édifiée au XVIIIe siècle, elle permet la desserte de tout les appartements. Elle est décorée d'un ensemble de tableau huile sur toile dans le goût d'Hubert-Robert, élève du célèbre Eugène Delacroix. On peut y voir également un ensemble de commodes et de consoles toutes d'époque Empire-Restauration.

La salle à manger :
Le faste des réceptions se fait encore sentir. Autour de la magnifique table d'acajou à huit pieds balustres, trente-six convives pouvaient savourer l'art du grand Carême et les vins des plus grands crus. Accrochés aux murs, le visiteur peut admirer deux belles tapisseries de Beauvais, d'époque Empire, répondant avec leurs motifs antiques à la déesse Hébé, œuvre d'Immolèse.

Les cuisines et les caves :
Installés dans les magnifiques sous-sols XVIIe et XVIIIe siècle du château, les offices, la cuisine et la cave à vins témoignent de l'attention portée par le maître de maison à sa table, renommée dans toute l'Europe, grâce notamment au talent du cuisinier Antonin Carême que Talleyrand découvrit en 1802.

Le Donjon et la galerie Sagan :
Le pavillon, chef-d’œuvre de ce fleuron désormais Renaissance, n'a pas d'architecte connu à ce jour. Ce donjon, tout symbolique, a sans doute bénéficié de l'influence de son royal voisin : Chambord. Pour preuve, la couronne de mâchicoulis, minutieusement travaillée ainsi que des pilastres ornés de chapiteaux des trois ordres. La pièce centrale du Donjon, outre son plafond à la française, a conservé une nature morte à corbeille de fleurs et un pittoresque paysage avec pêcheur, peints à la fresque au XVIIe siècle.

Le Petit Théâtre :
Donnant sur le jardin des ronds, ce délicat édifice fut construit en 1810, tout comme le pavillon de chasse en contrebas du château, pour adoucir le séjour forcé des princes espagnols. Joyau exceptionnel, il conserve l'ensemble des décors et toiles de fond d'époque. Il se visite depuis 2012 dans le cadre des "visites privées" du dimanche matin (2 fois par mois).
4€-2€ (enfants de 8 à 13 ans).